TRADUCTION FRANÇAISE de l’interview par Suzanne Böhm pour RTL

Vidéo: https://vimeo.com/239717099

Lui, elle … C’est tout simplement le personnage artistique autrichien Conchita, qui m’attend dans un tailleur-pantalon décontracté et des baskets. Plutôt sans prétention, la diva autoproclamée se maquille et coiffe elle-même.

S: Conchita, c’est tellement bien que vous soyez là.
C: Ravi de vous rencontrer aussi.

S: Dites-moi, comment cela vous a-t-il affecté, que Conchita a eu un tel succès avec l’Eurovision? Pouviez-vous imaginer que le personnage, en fait vous-même, aurait été si bien reçu?
C: Non, tout a commencé comme une blague, une blague et de la paresse. Il s’est avéré que, j’ai décidé de présenter une revue burlesque chaque semaine, et de le faire en travesti. Et puis j’ai pensé: Aïe, chaque semaine? Je devrai me raser chaque semaine, et alors j’aurai l’air d’avoir douze pour toujours. Ça n’arrivera pas! Et c’est pourquoi j’ai décidé d’être une femme barbue, et cette coïncidence est soudainement devenue une victoire à l’Eurovision.

S: Cool! Mais je dois dire que je pense que c’est presque plus joli maintenant parce que c’est tellement … ça a l’air plus naturel, même si c’est complètement un masque, après tout. Mais cela semble plus naturel qu’il y a trois ans.
C: Je le pense aussi, merci. Eh bien, je me sens beaucoup mieux, ou non, je ne peux pas le dire, parce que c’était juste comme c’était à l’époque. C’était aussi authentique et c’est ainsi que je voulais paraître et être représentée. Mais c’est bien que l’évolution ne s’arrête pas.

S: Avec qui aimeriez-vous flirter, si vous étiez un étranger? Moi par exemple. Préféreriez-vous flirter avec Conchita ou avec Tom?
C: Oh, absolument avec Tom. J’aime être un homme gay et j’aime que l’on ne reconnaisse pas quand je suis sans maquillage, parce que c’est une réaction sincère des gens que je rencontre.

S: Alors vous, par exemple, mais aussi Cro ou Sido l’avez fait pendant longtemps, vous avez essentiellement votre vie privée. Je sais que dans votre pays, vous serez reconnu sans maquillage, mais c’est en fait une chose très intelligente.
C: Oui, d’un côté c’est bien plaisant, de l’autre je me suis imposé des règles parfois agaçantes, parce que je me disais: « Oh, maintenant je dois me maquiller pour chaque répétition ».

Non, pas vraiment, parce que sans maquillage je n’aurais pas reconnu Conchita alias Tom Neuwirth. Voici une photo rare de l’année 2007.

S: Qu’avez-vous appris sur le fait d’être une femme, pouvez-vous dire que vous vous êtes rapproché des femmes?
C: Certainement. Et j’ai choisi ça pour moi simplement pour m’amuser, mais tant de femmes, surtout dans ce métier, sont dans ces clichés … ces attentes! Ce que les femmes doivent traverser dans l’industrie des médias, dans le show-business, probablement dans n’importe quel autre métier, c’est sexiste, un patriarcat toujours aussi répandu et terrible.

S: Vous avez l’image de votre mère sur le dos. Est-elle la femme la plus importante de votre vie?
C: Oui, absolument. La relation entre un enfant et une mère est indescriptible et bien sûr j’aime mon père, mais c’est une connexion ancestrale pour ainsi dire. Je regrette le tatouage de ma mère pour deux raisons. Raison n ° 1: C’est un peu flou à l’heure actuelle, parce que ça a été fait très en filigrane et plus tout à fait aussi joli qu’avant , et la deuxième raison est que dans certaines situations, vous ne voulez pas qu’on vous demande qui est sur votre dos.

S: Oh, je vois! Oui, la diva peut aussi être grivoise. J’ai besoin d’un peu de temps pour me recentrer. Nous passons juste à des sujets plus inoffensifs. Pourquoi le petit Tom, par exemple, a toujours aimé regarder l’Eurovision avec sa mère.
C: Et c’est pour ça que la soirée du Concours de l’Eurovision était toujours géniale, parce qu’on nous permettait de rester debout tard et il y avait de super costumes et de la bonne musique. C’est un peu comme les Jeux olympiques gais, même si c’est un cliché que je vous donne en ce moment, mais c’est la vérité. Et c’est très amusant et bien sûr c’était amusant pour moi quand j’étais gamin.

S: J’imagine que c’est fou, et aussi vraiment admirable pour vos parents, car j’imagine que c’est difficile dans un si petit village: vous avez deux garçons et vous vous rendez compte à un moment donné, que l’un aime porter des jupes …
C: Bien sûr, ce n’était pas facile pour mes parents et mon ‘coming out’ n’était pas facile pour mes parents. Ils viennent d’une génération différente, ont été élevés différemment, et quand j’ai réalisé que j’aimais dans les garçons, je pensais aussi, je suis une erreur. J’espérais que cette phase passerait. Je savais que j’aurais tellement de difficultés, et mes parents … J’étais juste terriblement impatient et j’ai oublié que j’avais aussi besoin de ce temps.

S: A la maternelle et à l’écome primaire, vous étiez aussi quelqu’un qui disait: Eh bien, c’est comme ça que ça marche et tout le monde est sous mes ordres. D’un autre côté, vous avez probablement aussi dû écouter des insultes ou des abus. Comment supportiez-vous cela en tant qu’enfant? Pour moi, vous semblez semble avoir été un enfant très fort.
C: Je pense que c’était juste la fuite en avant. Je savais juste: Ok, si je suis le plus drôle et si je suis le plus bruyant, alors les autres sont les moins drôles et les moins bruyants. Et je pense que ça pourrait être un peu comme ça jusqu’à aujourd’hui.
S: L’année prochaine, vous aurez 30 ans. Est-ce que cela vous importe?
C: Je ne sais pas. Eh bien, il s’est passé beaucoup de choses depuis un an et demi. Une victoire au Concours de la Chanson, puis tout ce qui s’est passé après ça, j’ai pensé en ce moment: Pfft … à partir d’aujourd’hui je suis une star mondiale. Je me suis entouré de pros à tous les niveaux, et c’était vraiment bien, mais j’ai beaucoup de mal à dire non. Maintenant, je l’ai bien fait d’une façon ou d’une autre pour tout le monde et je peux dire du produit, quel qu’il soit: Oui, en fait je me fiche de savoir si c’est bon ou pas, parce que c’était ton idée, c’était ton idée, ton idée. Et j’ai dit oui à tout. Et cela vous fait vous sentir vide. Je suis content que je me sois vraiment réveillé là et je me suis rendu compte: Oups, oh, je suis responsable de ma propre vie ?!

S: Conchita, on m’a dit que vous n’êtes pas une personne du matin, et c’est pourquoi, en guise de remerciement pour notre conversation, j’ai un café venant d’un café de Hambourg. Je sais, en tant qu’Autrichienne, qu’on ne vous arrive pas à la cheville …
C: Merci!

S: Merci! C’était sympa et charmant avec vous. Je vous souhaite beaucoup de plaisir au concert.
C: Merci. Ce sera le cas. J’espère que beaucoup de gens viendront.

Traduction: Jocelyne Peltier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s