Traduction de l’émission Thema (ORF2) en Australie le 03 03 2016

https://www.dailymotion.com/video/x3xs7pn_conchita-wurst-in-sydney-thema-orf2-14-03-2016_tv

TRADUCTION FRANCAISE (par Jocelyne Peltier) de l’émission d’ORF2 Thema du 03 03 2016 sur Concita Wurst en Australie avec Christoph Feurstein.

(00 :00)

Christoph Feurstein : Les australiens adorent l’Eurovision ! Les australiens adorent l’Autriche, surtout parce que nous leur avons donné 12 points au dernier Concours. Et les australiens adorent Conchita ! Elle est déjà allée trois fois en Australie depuis sa victoire et lors de sa dernière visite, il y a une semaine, l’un de ses plus grands rêves est devenu réalité. Elle a chanté à L’Opéra de Sydney célèbre dans le monde entier accompagnée de l’également célèbre Orchestre Symphonique de Sydney. Elle a présenté une soirée musicale intitulée « From Vienna with Love ! » tout en promouvant, à nouveau, le respect et la tolérance. J’ai accompagné Conchita dans son voyage en Australie.

(00 :54)

Conchita : Juste avant le spectacle j’ai toujours… Comment dire ?… J’ai comme une vision rétrécie des choses et si vous me parliez, vous n’auriez pas de réponse. La concentration inclut le silence ! C’est la chose la plus importante. Et je suis aussi très impatiente ! Je suis nerveuse aussi. Mais c’est… Il y a une différence entre la nervosité basée sur la peur et celle basée sur l’excitation. Quand j’ai peur, alors je sais que je ne me suis pas assez bien préparée. C’est rarement arrivé ces dernières années.

(01 :50)

Le présentateur : Dans une suite de l’Hôtel Continental de Sydney, Conchita tient une réunion exclusive « Austria Advertising » (publicité pour l’Autriche) et « Vienna Tourism » (tourisme viennois) ont invité les  rédacteurs touristiques les plus célèbres en Australie. Conchita parle du Vienne, jeune et moderne et de l’Autriche en dehors de Mozart et Sissi.

(02 :36)

Voix off d’un journaliste de voyages : Conchita m’a rappelé qu’il y a aussi beaucoup de bons clubs à Vienne. Et c’est quelque chose de souvent oublié !

(03 :02)

Helena Hartlauer ( Vienna Tourism) : Les valeurs qu’elle incarne en termes de tolérance et d’acceptation, etc, sont bien sûr formidables pour représenter un Vienne un peu plus moderne et jeune.

(03 :13)

Conchita : Même si je ne travaillais pas ici en référence avec l’Autriche, je serais quand même en train de m’extasier sur notre pays et donc, non, ce n’est pas comme un message officiel, parce que je le ressens naturellement !

(03 :36)

Le présentateur : C’était l’idée de la chef d’Austria Advertising » à Sydney qui a rendu la présence de Conchita dans l’opéra de renommée mondiale possible. Astrid Mulholland Licht a eu l’idée en fouillant dans la page Facebook de Conchita, il y a un an.

(03 :51)

Astrid Mulholland Licht : Il y a une photo d’elle où elle se tient devant l’opéra, le regarde et dit « Pas cette fois-ci, mais ce serait mon rêve de chanter là un jour ! » Et c’est ce dont je me suis souvenue et alors, l’idée a pris corps ! Ce serait possible, je pouvais lancer ça !

(04 :35)

Conchita : Je crois que pour un musicien, pour tous ceux qui font de la musique sur cette planète, il y a peu de scènes plus grandes et plus importantes que l’Opéra de Sydney ! Et donc, c’est un grand privilège et je crois qu’il y a aussi – je viens de le comprendre ces deux derniers jours – il y a aussi une différence si vous chantez à l’Opéra et que vous êtes accompagné par l’Orchestre Symphonique ou pas. Et parce que j’ai droit à la totale, c’est quelque chose de très spécial et un immense privilège.

(05 :17)

Présentateur : Conchita répète quotidiennement pour le grand spectacle à l’opéra avec le chef d’orchestre Guy Noble et l’Orchestre Symphonique.

(05 :25)

Conchita : Je travaille très, très dur sur ma voix, parce que je suis peut-être née avec du talent mais je ne suis pas – comment dire- je ne suis pas Barbra Streisand ! Mais pour moi il est important de faire tout ce que je fais le mieux possible !

(05 :52)

Conchita : Je dois aussi me comporter très, très bien à la maison et répéter avec diligence car la dame avec qui je travaille vient de Londres et est une musicienne classique. Cela veut dire que j’essaye de prendre des leçons de chant classique ! Et c’est très frustrant, je dois l’admettre, parce que c’est vraiment, très, très difficile. Qui l’aurait pensé ? Mais c’est merveilleux quand on remarque un léger progrès !

(06 :28)

Christoph Feurstein : Une drag-queen dans les vénérables salles de l’Opéra de Sydney ! Combien est-ce inhabituel?

(06 :33)

Guy noble (en voix off) : C’est très inhabituel mais c’est aussi très excitant ! J’ai joué avec beaucoup de stars internationales ici, à l’Opéra ! Avec Harry Cornick ou Randy Newman et bien sûr de la musique classique. C’est très excitant de jouer avec de grandes stars et Conchita est une grande star !

C’est toujours un challenge particulier de se produire avec un artiste pop, de créer la bonne sensation avec la musique et de ne pas la laisser avoir l’air d’être du Mozart, Beethoven ou Wagner ! Un orchestre est comme un grand instrument avec lequel vous pouvez tout jouer. Vous pouvez jouer du Mozart, Beethoven et Wagner et bien sûr du Conchita Wurst.

(07 :25)

Conchita : Un jour typique pour moi dépend bien sûr si j’ai des rendez-vous avec les media ou si je suis juste au bureau. Si je suis au bureau alors je répète pendant environ 80% du temps, soit avec le groupe de musiciens, soit je prends des leçons de chant, ou j’écris des chansons. Il y a aussi une part amusante non-négligeable : les costumes et le stylisme en général. Cela nous les faisons en interne et je travaille simplement avec mon styliste, quelques fois jusqu’à six heures pour une semaine comme celle-ci à Sydney, mon jour de stylisme pour toutes les dates et rendez-vous.

(08 :22)

Christoph Feurstein : Vous écrivez maintenant des chansons vous-même ? Est-ce que cela signifie que nous aurons une Conchita encore plus pure que celle que l’on connait aujourd’hui ?

(08 :31)

Conchita : Je crois que non seulement vous aurez une Conchita plus pure, mais que l’on aura  aussi l’occasion de connaitre Tom un peu mieux. Jusqu’ici j’ai en fait seulement écrit des lettres d’amour. En fait, seulement des très tristes, mais je sais que j’ai une attirance… une tendance… peut-être même une attirance pour la mélancolie !

(08 :59)

Présentateur : A Sydney aussi, l’emploi du temps de Conchita est rempli. En plus des répétitions et des évènements, il y a beaucoup d’interviews de prévues. Les journées de Conchita sont longues de 17 heures.

(09 :17)

Christoph Feurstein : Comment maintenez-vous votre énergie ?

(09 :20)

Conchita : Je ne sais pas comment je le fais – je ne m’en rends pas compte. Pour moi, c’est vraiment beaucoup d’amusement et je suis constamment divertie. Même les interviews sont très drôles pour moi parce que je ne sais jamais qui je vais rencontrer. Et vous ne savez jamais, vous ne pouvez pas évaluer combien les journalistes se sont préparés, et selon cela, j’en fais un petit challenge ! Ce que je préfère c’est quand ils ne peuvent pas me supporter. Alors je parviens toujours à les convaincre et au moins, ils partent avec le sentiment, « Ok, elle a quelque chose à dire ! »

(10 :02)

Le directeur de l’hôtel (en voix off) : Voici le Livre d’Or de l’Intercontinental de Sydney. Je viens de le sortir du coffre de l’hôtel. Avec les noms qu’il y a dessus, vous pouvez lire la longue histoire de notre maison. Je voulais vous demander si vous voulez faire partie de cette histoire.

(10 :35)

Christoph Feurstein : On utilise pour parler de vous les termes « star mondiale « et « superstar ». Des gens ont dit qu’après l’Eurovision, votre succès allait s’effacer. Est-ce que cela vous vous à mise sous une certaine pression ?

(10 :48)

Conchita : Je crois que quand vous êtes dans les show business, vous ressentez constamment la pression. Et pas parce que quelqu’un d’autre a le pouvoir de vous imposer cette pression, c’est juste moi, la personne qui veut faire de la musique pendant le reste de sa vie. Et bien sûr vous pouvez le faire. Mais ce serait aussi formidable si vous pouviez payer les factures avec. Et c’est probablement ça la pression : avoir le luxe de pouvoir vous concentrer à 100 pour cent sur ce que vous aimez le plus.

(12 :38)

Présentateur : Tournage d’un spot pour promouvoir le Mardi Gras à Sydney. La plus grand parade gay du monde sera retransmise en direct à la télévision. Les visages de ces évènements sont la drag-queen australienne Courtney Act et Conchita.

(13 :01)

Conchita : L’art du travesti est vraiment ancré ici depuis longtemps. Il y a des films « cultes » comme « Priscilla – Reine du Désert » qui ont été filmés ici. Et probablement dû à des icônes comme Dame Edna qui ont vraiment réussi à être connues du grand public. De ce point de vue, c’est un endroit merveilleux si vous faites du ‘drag’. Et la communauté à travers le monde est relativement petite. Quand l’une d’entre nous fait quelque chose, toutes les autres le savent immédiatement. C’est vraiment bien – ça peut sembler ringard – mais c’est une adorable famille d’artistes qui se soutiennent mutuellement.

(15 :00)

Courtney Act (voix off) : Simplement, je suis une blonde naturelle et pas elle.

(15 :05)

Présentateur : Bien que Conchita ait très peu de temps libre, elle apprécie la mer.

(15 :34)

Conchita : En fait, j’adore les villes qui sont en bord de mer. Dans notre famille, il n’y avait pas de vacances d’été. Mes parents ont une auberge. Donc, quand tous les autres étaient en vacances, mes parents travaillaient. J’ai en fait vu l’océan pour la première fois quand j’avais 20 ans. Et ce qui m’a le plus marquée était en fait, l’odeur… et comme il est facile de chanter dès le deuxième jour.

(16 :05)

Présentateur : Le soir du 3 mars, tout est près. Conchita va chanter dans un Opéra de Sydney plein à craquer.

(18 :25)

Conchita : Chaque fois que je peux faire ça, faire de la musique organique sans utiliser beaucoup d’électronique, c’est de la musique aussi pure qu’elle peut l’être. Et c’est pour moi personnellement, la seule vraie façon de faire de la musique.

(19 :56)

Présentateur : Ovation debout à l’Opéra de Sydney, pas seulement pour la musique de Conchita, mais aussi pour les messages qu’elle transmet.

(20 :06)

Conchita : Je suis venue ici, j’étais si excitée parce que je pensais, « Wow, le Mardi Gras, je connais toutes ces histoires et ces belles images qui parcourent le monde…que l’Australie est un pays si large d’esprit, tolérant et  bienveillant. Et puis…. Peut-on parler de l’égalité du mariage pendant une seconde ?

(20 :40)

Conchita : Ici, le mariage de mêmes sexes n’est même pas sérieusement discuté et le sujet est toujours rapidement ignoré à nouveau par les autorités. Cela m’a vraiment surprise et m’a ramenée à ce que je pense en principe de cette discussion. Parce que je pense que c’est incroyablement ennuyeux et  inutile, parce que je ne comprends pas ce dont les gens en général, les gouvernements, les gens qui se disent contre, ont si peur, parce qu’il ne se passerait rien, sauf que plus de gens seraient heureux.

(21 :21)

Présentateur : La parade colorée et pleine de vie du mardi Gras est donc, avec sa demande d’égalité plus pertinente que jamais. Le Premier Ministre australien  Malcolm Turnbull s’arrête dans la loge où nous sommes invités.

(21 :37)

Christoph Feurstein (voix off) : Pourquoi n’avez-vous pas le mariage de mêmes sexes ici ?

(21-42)

Malcolm Turnbull (voix off) : Ce n’est toujours pas légal dans beaucoup de pays. Si mon gouvernement revient au pouvoir après l’élection, nous ferons un plébiscite sur le sujet. Et si la majorité le veut, le mariage de mêmes sexes deviendra légal.

(22 :04)

Christoph Feurstein (voix off) : Comment voterez-vous ?

(22 :14)

Présentateur : Dans aucune interview précédemment, Malcolm Turnbull ne s’est exprimé si clairement sur le mariage de mêmes sexes. Il y a une lueur d’espoir pour la communauté et pour Conchita Wurst qui n’aime pas l’idée d’un vote public sur le mariage de mêmes sexes.

(22 :34)

Conchita : Je dois franchement dire que je trouve ça extraordinairement  imbécile parce qu’on ne peut pas faire dépendre de l’opinion des autres si je suis autorisée à tomber amoureuse de quelqu’un ou pas. Et si je veux passer ma vie avec quelqu’un ou pas. Cela n’est pas vraiment au niveau des droits de l’homme.

(22 :58)

Présentateur : Avec sa prestation au Mardi Gras, les sept jours à Sydney touchent à leur fin pour Conchita. Demain elle reprend l’avion et se remet à ses leçons de chant classique et à la tournée à travers l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse qui commence bientôt.

(23 :19)

Conchita : J’ai l’intention de m’enfermer pendant l’été pour écrire mon second album et espérons, le finir. C’est pourquoi la tournée est un grand merci à tous mes fans et mes supporters ainsi que la requête d’avoir la permission de me retirer pendant trois mois.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s