Traduction française de l’article de l’Independent. UK

c419

http://www.independent.co.uk/arts-entertainment/music/features/conchita-wurst-interview-the-eurovision-winner-is-releasing-her-debut-album-a6712781.html

TRADUCTION FRANCAISE (par Jocelyne Peltier) de l’article de l’  « Independent.co.uk » du 29 10 15 par Nick Duerden.

L’INTERVIEW DE CONCHITA WURST : LA GAGNANTE DE L’EUROVISION SORT SON PREMIER ALBUM.

Je la vois dès que j’entre dans le bar de l’hôtel. Comment faire autrement ? Conchita Wurst, gagnante de l’Eurovision 2014 et bien sûr la plus célèbre femme barbue au monde, ressort plutôt dans une foule, n’importe quelle foule.

« Venez vous assoir à côté de moi, » dit-elle, en tapotant le grand canapé en velours après s’être levée pour m’accueillir avec une poignée de main ferme. Elle est incroyablement élégante aujourd’hui, avec une jupe crayon noire et un corsage a demi-ouvert. Souvent elle porte un soutien-gorge rembourré, mais pas aujourd’hui.Elle est resplendissante, cependant, avec une de ses perruques habituelles, celle-ci châtain avec une raie au milieu. Ses yeux noisette sont jolis de façon désarmante, soulignés par ce genre de faux cils qui ressemblent à des araignées dansant le can-can, et ses lèvres charnues – qui font facilement la moue – sont entourées, comme toujours par la barbe qui a l’air, de près, aussi veloutée que le canapé où nous sommes assis.

Conchita est sur le point de sortir son premier album au Royaume Uni, intitulé simplement Conchita. Etant donné que la chanteuse de 26 ans a atteint une notoriété mondiale en gagnant l’Eurovision, on pourrait dire que l’on ne s’attend pas à grand-chose. Elle peut bien être l’exemple parfait d’une célébrité du 21ème siècle, mais personne ne s’attendait sérieusement à ce qu’elle ait une vraie valeur musicale. Cependant, avec « Conchita » elle fait une tentative surprenante de s’établir comme rien de moins qu’une moderne Shirley Bassey. C’est un disque de ballades puissantes et lyriques et des titres disco façon EMD dans lesquelles elle entre comme Marilyn Monroe entrait autrefois dans ses robes. Le single « You Are Unstoppable » pourrait sans problème gagner les dix prochaines Eurovisions ; plusieurs chansons pourraient être des thèmes musicaux pour les films de James Bond.

« Et je n’en ai rien écrit, » dit-elle, presque avec désinvolture, comme si elle s’en vantait. Elle voudrait développer ses capacités à écrire des chansons, insiste-t-elle, mais, « C’est tellement difficile. » Et donc, à la place, comme beaucoup de pop stars, elle a une équipe derrière elle – avec Joacim Persson qui a aussi travaillé pour Gloria Gaylor et Willow Smith – pour créer des chansons pop qui conviennent à quelqu’un qui à son allure et son comportement. Ils lui ont fait honneur. «  C’est un disque merveilleux, n’est-ce pas ? » dit-elle dans un soupir. « Je l’adore. »

Les gens deviennent célèbres tout le temps de nos jours, bien sûr, et certains deviennent même très célèbres, mais peu l’ont fait à la façon de Conchita. L’Eurovision l’a catapultée du statut de curiosité à Vienne à une célébrité internationale, son succès étant une suggestion encourageante de tolérance et d’acceptation dans un monde qui en montre souvent si peu. Elle est aussi aimée qu’elle est inexplicablement crainte, cependant, et les forums en ligne sont pleins d’injures à son sujet, beaucoup étant furieux, d’abord, que « nous » l’ayons laissée, « elle », devenir célèbre.

« Ha », dit-elle quand j’aborde ce sujet. « Je ne suis pas la tasse de thé de tout le monde, n’est-ce pas ? » Malgré tout, depuis sa victoire à l’Eurovision, elle a souvent inspiré une dévotion à toute épreuve dans le monde entier. Elle est devenue amie avec les créateurs de mode Karl Lagarfeld et Jean Paul Gaultier ; est apparue aux Golden Globes en Amérique ; et l’automne dernier s’est rendu au Parlement Européen où elle a rencontré le Secrétaire général Ban Ki-Moon, qui a loué son engagement dans la lutte contre l’intolérance et la discrimination et décrit sa victoire à l’Eurovision comme « un moment électrisant dans l’éducation pour les droits de l’homme. »

« Beaucoup de gens me parlent de la responsabilité que je dois porter maintenant, » dit-elle, en plaçant une main manucurée sur mon genou. « Mais vous savez quoi ? » Je n’en éprouve aucune ! Les attentes sont dangereuses. Je recommande de n’en avoir aucune, même uniquement pour ne pas être déçu. Vous voyez, je n’ai jamais promis à personne d’être un exemple à suivre, ou d’être parfaite. Je suis seulement moi, une personne, un être humain.

Conchita Wurst est née Tom Neuwirth dans la petite ville de Gmunden, Autriche, en 1988. Elle a un frère aîné, Andi, qui travaille dans le management hôtelier. Ses parents sont aussi hôteliers et aujourd’hui tiennent une petite pension rurale que Conchita décrit comme « pratiquement un lieu de dévotion en mon honneur ! »

Après les difficultés à l’école, étant fréquemment victime de harcèlement,Tom a participé à un reality show de la télé autrichienne en 2007, appelé « Starmania », ce qui l’a conduit à faire partie d’un boysband, Jetzt Anders ! « Nous avons été ensemble seulement huit mois, pas beaucoup de succès, » elle rit. Cela lui a donné une bonne leçon, cependant. « Je ne suis pas joueur d’équipe. Je ne veux partager la scène avec personne . »

Son penchant pour l’extravagance, jouer toujours la diva, allait rarement bien à Tom. Il restait paralysé, timide. Et donc, en 2011, il a créé un rôle de travesti. Conchita ne ressentait pas de telles limitations. En 2012, elle concourt pour représenter l’Autriche à l’Eurovision et deux plus tard essaye à nouveau, avec succès cette fois. Sa chanson victorieuse « Rise Like A Phoenix », aurait pu faire sombrer le Titanic, avec son envolée dramatique et la victoire lui a valu les éloges d’artistes comme Lady gaga et Boy George. Mais la Russie a paru moins impressionnée, un politicien suggérant que sa victoire était le symbole du déclin moral de l’occident et la proclamant comme « la fin de l’Europe »

Elle a eu plus de soutien de la communauté LGBTI, bien que là aussi il y ait eu des critiques. « Certains pensaient que je perpétuais l’idée que tous les gens LGBTI étaient excessifs, toujours en travesti ; tous les clichés habituels. J’ai juste pensé : «  Vous ne comprenez pas, n’est-ce-pas ? Je n’essaye pas de représenter la communauté comme ça, je ne représente que moi-même. »

Et pourtant, ce n’est pas tout à fait vrai. On ne devient pas une des plus célèbres artistes au monde sans devenir aussi une figure phare d’espoir pour beaucoup, que ça lui plaise ou pas. Les interviews avec elle, sont moins susceptibles d’être concentrées sur sa musique que sur savoir combien elle est vraiment « elle ». Est-t-il /elle gay, transsexuelle, avant ou après opération ? Utilise-t-elle les toilettes pour femmes ou pour hommes ?

« Eh bien, admet-elle, « J’aime vraiment pouvoir instruire. Si vous ne faites pas partie de cette communauté vous-même, alors bien sûr, vous avez des questions. Et j’y répond ! Si les gens veulent vraiment savoir si je suis une femme ou transsexuelle, je prends cela comme un compliment. Ca veut dire que je fais bien mon travail. »

Pour être clair, donc, Conchita est toujours Tom, un homme heureux d’être gay, pas quelqu’un emprisonné dans un corps de femme. Elle utilise les toilettes des femmes, probablement parce que ça demanderait plus de culot que n’en ont la plupart des gens, pour entrer dans des toilettes pour hommes habillée comme ça. Elle a passé la plus grande partie de cette année à travailler dur pour compartimenter sa vie, afin de ne pas « perdre la tête ». Tom Neuwirth n’est pas célèbre ; Conchita l’est. Quand la perruque est enlevée, elle devient lui, un gars ordinaire. Avant de la rencontrer, on m’avait prévenu de ne pas mentionner Tom, car elle n’aime plus en parler. On me l’a décrit comme son « alter-ego », alors que bien sûr, c’est le contraire qui est vrai. Avec moi, maintenant, elle semble tout à faire contente de parler de l’homme sous le maquillage et insiste sur le fait qu’elle ne ressent aucune confusion sur son identité. « Je ne reste pas à la maison à penser : qui suis-je ? Je suis un personnage de drag-queen, c’est tout. »

Le numéro de drag-queen le plus célèbre du monde. Conchita me dit qu’elle est actuellement célibataire et contente de l’être. « Quand il arrive que je partage mon lit avec quelqu’un, rapidement je dis : ‘ok, s’il te plait, pourrais-tu simplement partir et rentrer chez toi, maintenant ?’ J’ai une vie très active et j’adore rencontrer des gens, mais j’aime aussi être seule. Les gens sont surpris quand je le dis, mais j’ai toujours préféré ma propre compagnie. »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s