Interview de Conchita à Glasgow 12 10 15

c381

Source : http://www.kaleidoscot.com/10-minutes-with-conchita-

TRADUCTION FRANCAISE (par Jocelyne Peltier) : Article sur Conchita Wurst in Kaleidoscot du 12 10 15 PAR Andrew Page.

10 MINUTES AVEC CONCHITA WURST

On a plus besoin de présenter Conchita Wurst. La gagnante de l’Eurovision 2014 est devenue instantanément une inspiration pour des millions de gens qui ont été touchés au coeur par le message de « Rise Like A Phoenix » – et le respect et la tolérance au cœur de son interprétation.

Vraiment, Conchita est devenue quelque chose comme une icône pour la communauté LGBTI à travers l’Europe et s’est produite dans plusieurs « Prides » y compris Londres et Manchester, a assisté aux Golden Globes et a continué à produire une musique inspirante et inventive – son premier album est sorti en mai. Elle a même trouvé le temps de faire le modèle. Comme expression culturelle d’inclusivité et de diversité, il n’est pas difficile de comprendre l’immense attrait de Conchita.

Et pourtant c’est seulement une petite partie de qui est Conchita. C’est aussi un défenseur déterminé qui a déjà fait un discours à un évènement sur l’anti-discrimination au parlement Européen, chanté devant Ban Ki-Moon et suggéré de passer du temps avec Vladimir Poutine pour mieux comprendre la position de son gouvernement sur les droits des LGBTI. La remarque de Graham Norton : que sa victoire à l’Eurovision était « quelque chose qui a une petite importance » s’est révélée être un euphémisme : le phénomène qu’est Conchita Wurst est peut-être mieux défini par le titre de son second single, « You Are Unstoppable » (on ne peut pas vous arrêter)

Conchita est devenue un tel symbole d’espoir qu’il est facile d’oublier le fait qu’elle est la création de Tom Neuwirth, un autrichien de 27 ans qui a fait l’expérience des préjugés anti-gays et du rejet social. Tom a dû se battre pour être accepter et travaille encore à se débarrasser de son sentiment d’insécurité. En visitant Glasgow pour l’inauguration des Icon Awards – où elle a reçu le prix de la Star Montante – Conchita avait à cœur de présenter son nouveau livre : « Moi, Conchita » qui montre en détails comment un jeune homme repoussé à la périphérie de la société est devenu une star internationale avec un message d’amour et de tolérance.

« Il est tellement important de savoir comment s’est arrivé », dit-elle dans son anglais parfait. « Etre adolescent n’est pas drôle – au moins pas si vous êtes différent, et pour moi ça a été une vraie lutte. J’ai éprouvé le besoin de raconter toute l’histoire. »

C’est une histoire qui est surprenante, choquante même. Tom a quitté la maison à 14 ans, se sentant étouffé par les limites imposées par la vie dans la petite ville de montagne de Bad Mitterndorf et l’attitude de certains de ses habitants. Même en discutant de ses luttes, cependant, Conchita ne perd pas la vue d’ensemble : « Je n’ai jamais été agressée physiquement. Bien sûr cela ne veut pas dire que je ne souffrais pas. Nous, dans la communauté LGBTI , avons des moments difficiles. Vous n’avez qu’à regarder les chiffres sur le suicide dans notre communauté. »

La capacité à surmonter la diversité est au cœur du succès de Conchita et de son message et ce fût évident à la suite de sa victoire à l’Eurovision. Alors que son interprétation lui a valu des millions d’admirateurs, elle a aussi attiré la critique dans certains milieux – de l’homophobie et de la transphobie à peine voilées. Le Président russe, Vladimir Poutine a de façon infâme suggéré qu’elle minait les « valeurs traditionnelles », tandis qu’un autre politicien russe, Vladimir Zhirinovsky, prétendait qu’elle signifiait « la fin de l’Europe ». Plus près de chez elle, le vieux commentateur de l’Eurovision, Terry Wogan, a laissé entendre que l’eurovision 2014 était « une foire aux monstres ». Conchita a même reçu des menaces de mort.

Et comment a-t-elle fait face à tant de haine et de négativité ? « D’un manière très impolie », explique-t-elle en riant. « Vraiment, je m’en fiche complètement. J’ai des choses plus importantes à faire que d’écouter ces déclarations. » Pour quelqu’un de jeune, sous le feu des projecteurs pour la première fois, une telle critique de la part de leaders mondiaux aurait pu être écrasante, mais Conchita est restée imperturbable. « Que des politiciens connus parlent contre moi, je suis flattée. Suis-je si importante ? J’ai juste pensé : « merci pour votre temps. »

« Il y a des choses plus importantes qui me préoccupent. Je m’intéresse à la société. Je m’intéresse au respect et à l’amour. Je saisis l’opportunité de parler de ces choses. La connaissance est liée au respect et la conscience détruit les préjugés. »

Donc, Conchita elle-même, est-elle une déclaration sur la diversité ? « Si j’ai inspiré les autres et les ai aidés à s’accepter, c’est formidable… mon apparence m’aide à être entendue. Les gens écoutent. Et je suis heureuse de parler. »

« Je raconte aux gens mon histoire et essaye d’éduquer », explique-t-elle. « C’est si merveilleux, et cela marche. L’éducation est puissante… les gens changent d’avis et acceptent mieux. »

La capacité des gens à changer d’avis est quelque chose qui tient beaucoup de place dans la façon de penser de Conchita. Après tout, beaucoup de ceux qui sont les principaux défenseurs de l’égalité aujourd’hui ont eu en d’autres temps des états d’esprit très différents et elle a montré Glasgow en exemple. « On m’a appris aujourd’hui que Glasgow est la ville la plus ouverte à la communauté LGBTI en Grande Bretagne », m’a-t-elle dit. Après quoi, je me suis senti obligé de lui dire que quand j’étais adolescent le tableau était très différent. « Eh bien, voilà votre preuve », a-t-elle dit triomphalement. « Les gens changent d’avis. Et continue à le faire. »

Malgré son statut de superstar culturelle, Conchita n’est pas à l’aise d’être vue comme une icône. « Je ne me vois pas comme une icône – un porte-parole ou un exemple. Dans mon monde, un exemple est quelqu’un qui se dépasse. Il fait des efforts. Cela ne demande aucun effort d’être moi-même, donc c’est dur à comprendre pour moi. Je n’ai pas à me forcer pour faire ce que je fais. Je suis juste fidèle à moi-même. »

Ce qui, dans l’esprit de beaucoup de gens fait d’elle le parfait exemple à suivre. Son attrait et l’estime dans laquelle on la tient, ne fait aucun doute – l’extraordinaire réussite de son premier album devenu disque de platine au bout de six jours ( une première pour un artiste autrichien et quelque chose qui continue vraiment à la surprendre) en est la preuve. Quel que soit ce que l’avenir a en réserve pour cette icône récalcitrante, on peut compter sur elle pour prendre la parole – et parler pour une société plus tolérante et la dignité de tous les humains.

Avant de conclure l’interview, j’ai demandé à Conchita si elle avait un message pour la communauté LGBTI d’Ecosse. Sa réponse a été typiquement directe et inspirante. « Merci pour votre soutient – vous êtes incroyables. Nous voulons tous être respectés – continuez à être incroyables ! »

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s