Conchita: « Je me fiche de l’opinion des autres… »

cw 685

TRADUCTION FRANCAISE (par Jocelyne Peltier) de l’article du Daily Mail Online du 10 mai 2015

La gagnante de l’Eurovision Conchita Wurst : « Je me fiche complètement de l’opinion des autres. Je me sens bien comme ça. »
En tant que la « femme barbue » qui a pris d’assaut la victoire à l’Eurovision de l’année dernière, Conchita Wurst n’est pas quelqu’un qui se conforme. Elle parle à Liz Jones de son régime de beauté, d’être fidèle à soi-même et du harcèlement qu’elle a subit en tant que garçon appelé Tom.
« Je ne suis pas une victime, j’ai juste eu des moments difficiles. J’ai toujours été entourée d’amour. »
C’est déconcertant quand un homme est meilleur comme femme que nous ne le sommes. Avant de rencontrer Conchita Wurst, qui a pris d’assaut le monde quand elle a gagné l’Eurovision en mai dernier, je m’attendais à une parodie du style de Dame Edna Everage : des grands pieds et une démarche à la Dick Emery. Mais quand elle entre dans la pièce à l’Olympia de Londres où elle fait la promotion de son autobiographie, en pantalon impeccable, talons aiguilles et imperméable jeté sur les épaules, cheveux noirs parfaitement coiffés, une peau sans défaut, des faux cils posés de façon experte, les ongles vernis, je suis déconcertée par sa beauté. Seule le barbe brune trahit le fait que c’est un homme (elle est née Tom Neuwirth). « Quelle magnifique veste ! » s’exclame Conchita alors que nous nous serrons la main, et je lui dis que c’est une McQueen. « Je sais ! » dit-elle. Aucun homme et peu de femmes en dehors d’un petit groupe d’expert en mode, auraient pu deviner la marque.
Je complimente Conchita, mais dit que je ne peux pas m’empêcher de me demander pourquoi quelqu’un qui n’est pas né avec un utérus s’embêterait avec l’épilation avec de la cire ou des pinces, la pose de colle à faux cils et de rouge à lèvres. Ca demande tellement de temps, d’argent et d’effort. « Et bien, d’abord, personne ne me force à me coiffer et me maquiller. Tout ce que je fais, je le fais pour moi-même. Je me fiche complètement de l’opinion des autres parce que je sens fabuleuse, donc, peu importe ! Je me sens à l’aise comme ça. J’aime les femmes. Je capture chaque inspiration que je peux des femmes et pour moi c’est amusant. Et bien sûr mes pieds me font mal au bout de six heures, mais j’aime ça. »


Conchita explique pourquoi elle veut qu’on parle d’ « elle ». « Je suis une artiste travestie, et nous faisons tellement d’effort pour créer nos personnages. Donc la façon de la plus facile de nous montrer du respect est de nous appeler par le nom que nous nous sommes donné et de se référer au genre que nous avons choisi pour être sur scène. Mon meilleur ami Matthias s’occupe de mes cheveux ce qui est très bien car je ne suis pas dans la pièce quant il le fait : j’ai 12 perruques. Je préfère me maquiller moi-même. Pour moi c’est très relaxant, en pensant à ce que je dois faire dans la journée : c’est comme de la méditation. »
Est-ce que se ne serait pas plus facile de porter un costume, comme la plupart des hommes ? Pourquoi s’encombrer de soutien gorges, de strings et de collants, « « M’habiller comme une femme voulait dire que je commençais à accepter mon corps et j’aimais voir les femmes être jalouses. Elles me demandent comment je garde ma taille, comment j’arrive à marcher sur des talons comme si j’avais fait ça toute ma vie. »
Quelle est sa taille ? « Je fais un 32 européen (RU 6). Je porte des soutien gorges rembourrés de H&M et des strings qui donnent à mon dernière une belle forme. J’adore mon derrière. Je n’utilise pas de collants. J’ai la chance d’avoir un styliste : il commande des vêtements à tous ces fabuleux créateurs qui me prêtent leurs créations : c’est un énorme privilège et j’aime ça. »
« J’aimerais rencontrer Victoria Beckham parce que dans ma tête c’est ma meilleure amie ».
Mais pourquoi la barbe ? « Je pourrais être juste une drag-queen sans barbe –je veux dire, j’ai commencé à l’âge de 14 ans où il n’y avait pas du tout de barbe. Bien sûr, j’ai essayé toutes les possibilités qu’on peut imaginer, mais je me souviens en train d’essayer un nouveau maquillage juste pour moi, j’avais encore la barbe et je me suis regardée dans le miroir : j’avais fait mes yeux et j’ai pensé, ça a l’air vraiment cool. Voilà comment je suis devenue une femme barbue. Je pense que ça me va. La meilleure chose est que lorsque quelqu’un me voit et rentre à la maison, et le raconte à sa famille, et ils se mettent à parler de diversité. La communication est si importante pour éviter la discrimination. »
« J’aime être une femme sur scène et puis un homme dans ma vie privée ».
Je lui dis que j’aime son livre (« J’ai dit à l’éditeur que j’étais trop jeune pour écrire mes mémoires. J’ai seulement 26 ans ! Je n’avais qu’un an quand le mur de Berlin est tombé ! ») surtout les photos de Conchita quand elle était encore Tom.
le livre nous dit comment Tom est né dans la ville autrichienne de Gmunden et a grandi à Bad Mitterndorf, station de ski où ses parents tiennent un hôtel.
Tom a commencé à s’essayer à porter des robes à 11ans : à sa première communion, il se souvient avoir été jaloux que sa meilleure amie Kristin soit celle qui avait une jolie robe. Y a-t-il eu un moment où il s’est rendu compte qu’il était gay ? « Je pense que j’avais environ 12 ans quand j’ai compris : ok, j’aime les garçons. Mais j’avais 15, 16 ans quand j’ai embrassé un garçon. Je n’ai jamais eu d’expérience sexuelle avec une fille. »
Les parents de Conchita, Helga et Siegfried ont l’air incroyable. Ils ont donné à Tom le champ libre dans le grenier, où il pouvait chanter dans un micro imaginaire et s’habiller en femme en privé : il mettait la robe de mariée de sa mère et retaillait des robes pour les rendre plus glamour. Conchita reste proche de son frère aîné Andi, qui est « très fier ; il est marié et nous habitons dans la même ville, donc il est facile de nous voir » et de sa grand-mère, qui a acheté à Tom sa première jupe. « Après la guerre, elle a quitté la maison très jeune car ses parents n’avaient pas assez d’argent pour élever tous leurs enfants. Elle me soutenait beaucoup, était très large d’esprit. »
Conchita raconte comment le jeune Tom était harcelé à l’école, les enfants lui lançaient des insultes, il était physiquement malade à l’idée d’aller en classe tous les matins, mais insiste, « je ne suis pas une victime, j’ai juste eu des moments durs. J’ai toujours été entourée d’amour et d’amis. J’avais plus d’amies que d’amis. » Tom sautait sur toutes les occasions de se produire – aux fêtes de l’école, les jours de discours, les festivals- ce qui lui a donné son goût de s’habiller et de faire des vêtements.
Age de 14 ans, bien qu’aimant chanter, entrer pour étudier dans un conservatoire ne lui est jamais venu à l’esprit. Au lieu de cela il a quitté la maison pour étudier la mode à Graz, à 91 kilomètres de chez lui : fabriquer des robes et des costumes semblait un bon et solide métier (la robe portée par Conchita pour gagner l’Eurovision, avec une traîne de tulle scintillant et rebrodé de cristaux Swarovski était sa création). Cela semble un âge terriblement précoce pour quitter la maison, surtout que le pensionnat qu’il partageait avec d’autres étudiants signifiait à nouveau être la victime d’insultes. « Je ne sais pas si c’est… Dans ma famille, certains de mes cousins sont partis de chez eux très jeunes, c’était quelque chose de courant. »
Alors que son interprétation de la ballade « Rise Like A Phoenix » à l’Eurovision semble encore un exemple de succès du jour au lendemain, c’est l’inverse qui est vrai. Conchita es t extraordinairement tenace. Pendant qu’il était encore à l’école de mode, tom a participé à un concours autrichien de talents appelé « Starmania » et est arrivé second. puis il s’est joint à un groupe de garçons appelé Jetzt Anders « être différents ) qui a eu un insuccès pitoyable : sa seule gloire ayant été de se produire à la fête d’anniversaire de Paris Hilton.
Meurtri mais imperturbable, Tom a déménagé à vienne et a pris un travail chez H&M. Le jeune Tom a-t-il toujours voulu devenir célèbre ? « Quand j’étais tout petit je savais seulement que je deviendrais célèbre. je ne savais simplement pas comment. »
Les brimades ont cessé de faire aussi mal après que Tom ait révélé être gay, à l’âge de 17 ans, dans une interview pour un magazine. Dans le livre il se souvient combien Tom a été traumatisé quand il s’est rendu compte que ses parents allaient l’apprendre d’un façon aussi publique. Mais ne s’en doutaient-ils pas déjà ? « Si vous n’en parlez pas, on est pas sûr à 100%. Cela m’a stressé mais je ne voulais pas mentir. Vous ne savez pas. A 100%
Tom est d’abord devenu Conchita Wurst –en Espagnol Conchita veut dire la femme le plus douce et sexy alors qu’en allemand, Wurst veut dire que vous vous en foutez- à 21 ans, quand il a joué dans des clubs burlesques à vienne. Comme terrain d’entraînement c’était parfait. « Je suis devenue meilleure et encore meilleure. « La rumeur d’une femme avec une barbe s’est propagée. Conchita prenait son envol.
Cependant, être sélectionnée pour représenter l’Autriche à l’eurovision, un pays qui n’avait pas gagné depuis 1966, n’était pas facile. Participer aux éliminatoires signifie un tour épuisant de l’Europe, donnant plus de 400 interviews. Gagner l’Eurovision l’a propulsée dans un monde nouveau, avec des amis célèbres, des invitations à des fêtes et accepter des prix à des cérémonies (A la cérémonie du prix « Attitude », elle a reçu un prix des mains de Nigella Lawson, bien que Conchita dise maintenant, « je ne suis pas une grande fan de la cuisine »). Elle a même défilé à Paris sur le podium de Jean Paul Gaultier, apparaissant en dernier comme la mariée. Qu’a-t-elle pensé des mannequins ? « Et bien évidemment elle sont belles à tomber. On s’est bien amusées, elles s’intéressaient beaucoup à moi et nous avons pris des selfies. »
Aimeriez-vous vous marier ? « Je n’ai jamais pensé à me marier. Je ne sais pas. Je suis amoureuse de ma vie ». Qu’a-t-elle pensé de la déclaration de Dolce & Gabbana qui ont dit que les enfants avaient besoins de deux parents de sexes différents. ? « Ils ont porté un jugement, donc ce n’est pas bien. »
Après sa victoire à l’Eurovision Conchita a dit, « ce soir appartient à ceux qui luttent pour la paix et la justice » et dans son livre elle se compare à Ganghi et Martin Luther King comme champion des opprimés. Ne trouve-t-elle pas malhonnête de fraterniser avec le monde de la haute couture, parlant de Carine Roitfeld, ancienne rédactrice en chef de Vogue France et de Karl Lagarfeld comme d’amis, étant donné que c’est une industrie qui fait de l’argent en disant aux femmes qu’elles doivent se conformer : être minces, grandes et jeunes, et acheter des choses dont elles n’ont pas les moyens et dont elles n’ont pas besoin, »
« Je pense que c’est votre décision d’acheter un sac ou pas : comment pouvez-vous blâmer un designer d’avoir créé ces choses fabuleuses ? C’est dur de croire que vous achèteriez quelque chose parce que quelqu’un vous dit de le faire. Toutes ces robes se font dans toutes les tailles. Je veux dire, c’est leur vision, comment ils veulent que leurs robes soient photographiées. Je ne peux les blâmer pour leur créativité. »
Sa créatrice préférée est Victoria Beckham. « J’adore Victoria et j’ai deux de ses robes. Evidemment j’aimerais la rencontrer parce que dans ma tête, c’est ma meilleure amie, mais je ne sais pas si nous nous entendrions bien. »
Malgré les groupes Facebook anti-Conchita créés en Autriche et le fait que des russes se sont coupé la barbe pour protester contre sa victoire, n’a-t-elle pas l’impression que la bataille pour les droits des gays est presque gagnée, étant donné que les couples gays peuvent se marier, au royaume Uni au moins ?
« L’Autriche a fait beaucoup pour les droits des gays mais ce n’est pas encore l’égalité. Quand j’ai gagné, certains disaient que les gens comme moi devraient être envoyés dans des chambres à gaz. C’est pourquoi j’ai été invitée à parler au Parlement Européen par le secrétaire général Ban Ki-Moon, qui était si accessible et décontracté. Nous avons encore beaucoup de travail à faire puisque nous devons encore parler de notre orientation sexuelle.Tant que nous devons nous expliquer, pour moi ce n’est pas juste. »
Encore et encore, Conchita répète qu’elle n’est pas un exemple à suivre. « Je suis juste moi-même et ce que je fais est en fait égoïste parce qu’en fin de compte je veux vraiment avoir une vie fabuleuse et je veux la rendre la meilleure possible. Si quelqu’un est offensé par mon apparence, je suis désolée. Je n’ai pensé qu’à moi quand j’ai crée ceci. »
Quand je lui dis que de nombreux artistes masculins qui se sont habillés en femme comme Robin William ou David Walliams, tournent en dérision le fait de s’habiller en femme, elle répond : « Non, je ne fais pas ça, en tant que drag-queen, et je sais que mes camarades aussi le font parce nous aimons les femmes, nous voulons avoir l’air aussi bien qu’elles. »
Je dis à Conchita que je trouve les étiquettes déroutantes : au Royaume Uni, Facebook a présenté plus de 50 options de genre. « Et bien, je ne suis pas transsexuelle, c’est quelqu’un qui se sent mal dans son corps. Je suis un drag-queen. J’aime être une femme sur scène, embrasser mon côté féminin et puis hors scène être un homme dans ma vie privée. j’adore aussi être un homme. »
Où finit Conchita et où commence Tom ? « Et bien, ça dépend de la situation. je ne me sentirais vraiment pas à l’aise d’être Tom ici, vous savez. J’ai été Tom pendant quelque temps et je me suis rendu compte que ce n’était pas la façon dont je voulais vivre ma vie. J’ai toujours voulu être sur scène mais avoir une vie privée. Une fois que le public vous connait, les gens viennent à vous et veulent une photo, vous parler et à l’époque ça m’agaçait. Une fois le maquillage enlevé, je suis Tom, je parle même différemment, en dialecte autrichien. »
Bouge-t-elle différemment ? « L’autre jour une femme m’a dit, « vous êtes si féminine, faites-vous ça volontairement à cause du personnage ? » et j’ai dit, « non, c’est juste ma façon d’être. » Quand je rentre à la maison, je m’habille en Tom : un jean, un t-shirt. » Comment sont ses cheveux sous la perruque ? « Ils sont courts. Je prends le métro, le bus et personne ne me reconnait. »
J’avais entendu dire que depuis sa victoire à l’Eurovision, ses gains pour son album (son premier lancé au Royaume Uni cette semaine) et une tournée pourraient atteindre £25 millions. Elle éclate de rire. « Où est tout cet argent ? J’ai une compagnie maintenant et des gens travaillent pour moi, donc évidemment ça coûte beaucoup d’argent. Je suis une personne très simple. Je n’ai pas de passe-temps coûteux. Si vous voulez vraiment que les choses continuent, vous devez faire attention et vous ne devez pas penser qu’à vous. »
Elle habite un appartement à Vienne avec son coiffeur, déjà mentionné, Matthias. » Le décor est très simple et tranquille. » Elle a rompu avec son petit ami juste avant l’Eurovision. « Et bien , ce n’était pas vraiment mon petit ami- nous commencions à sortir ensemble. Vienne est petit donc nous continuons à nous voir. » Aimerait-elle rencontrer quelqu’un ? « Vous savez, il ne faut jamais dire jamais. Mais si je devais rencontrer quelqu’un, ça pourrait être très gênant. Je ne sais pas si je verrais l’amour, même si l’amour passait à côté de moi, vous savez ? Parce que je suis si, si heureuse. »

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s